06 septembre 2010

Olé !

100_9991 100_9982 100_9988 P1000388 P1000360

Le départ...

BRM 1000 Kms – du 26 au 29 août 2010

Vendredi 26 août – 9h. Me voici sur la route pour environ 6h de voiture, direction Ruffec ou Rouillac (16-département de la Charente), je ne sais pas encore… où je vais pouvoir retrouver mon chéri, parti sur sa bicyclette depuis hier soir, 20h, de Mortagne–au-Perche…

Je viens de déposer mes louloutes au centre social afin d’assurer le relais logistique et psychologique avec Jacqueline et Michel (la maman et le papa d’Eric, affectueusement surnommés la « Mé » et le « Pé » par leurs fils). Eux aussi sont partis hier et suivront Eric toute la nuit.

Je n’ai pas dormi de la nuit, ou très peu, sans doute « excitée » par cette nouvelle aventure ou peut-être par le bon café d’Anne-So et Yannick qui nous ont chaleureusement accueillis hier soir pour un apéro dînatoire, chez eux, à Mortagne. Eric de son côté a préparé ses pâtes au gruyère, carburant indispensable à tout bon sportif…

Mon chéri mange à nos côtés mais n’est déjà plus là… déjà dans sa course…

Nous prenons le temps de nous restaurer pendant qu’Eric part se préparer à la voiture…

19h30. Nous nous rendons au fameux rendez-vous des « 3 Mortagnes », la boucle Mortagne-au-Perche, Mortagne sur Gironde et Mortagne sur Sèvres, soit 1017 kms…

Mon chéri est fin prêt et plutôt très beau !

Il paraît relativement zen, quoique je devine en l’observant pendant le discours des « officiels » avant le départ imminent, une certaine impatience…

20h ! C’est parti ! 3 jours et 3 nuits à vélo… Un dernier bisou de tous ses fidèles supporters, et mon chéri part vite, certainement quelque part un peu soulagé par ce moment tant attendu.

Jacqueline et Michel ne tardent pas à suivre, ils devront être opérationnels dès le prochain rendez-vous…

De mon côté je pars aussi, avec mes filles, mais nous on va se coucher !

Derniers préparatifs pendant que tout le monde dort… je jette un œil sur mon plan de route afin de rattraper au plus vite Jacqueline et Michel, qui seront certainement exténués après avoir passé une nuit dans la voiture plus cette journée de vendredi.

Je roule bien donc, toujours accompagnée de mes CD préférés… cette fois-ci, j’écoute Cali, Miossec et Jean-Louis Murat … sans doute parce que je suis très sensible à leurs textes, sans doute parce que leurs mots traduisent avec tant de réalisme les sentiments humains,  sans doute parce que tout ceci me bouleverse toujours autant, sans doute par que ces artistes ont une voix si particulière et pleine de charme, sans doute aussi parce que j’ai découvert ces artistes avec mon chéri à un moment de ma vie donc, où mes émotions étaient à fleur de peau…

J’aime aussi écouter ces derniers temps quelques textes de Marc Lavoine… ça c’est mon côté fleur bleue ! Quelques textes me font penser à nous, mais mon chéri semble trouver tout ceci bien futile… Et je ne vous parle pas de Christophe Mahé !!!

J’écoute RMC aussi, avec Jean-Jacques Bourdin… mais après le dernier BRM où la radio m’avait rabattu les oreilles avec la déchéance apocalyptique des Bleus, cette fois-ci, le débat reste centré sur l’expulsion des Roms… ce sujet ne me laisse par indifférente, mais j’ai toujours du mal à comprendre comment l’on peut passer une journée entière à écouter différentes critiques sur un même sujet…

Je dois suivre parallèlement à tout cela, les chouineries de « Francine », la jolie voix de mon GPS… Il m’a semblé qu’elle avait passé 3 jours à me harceler de «tenez la gauche, 3ème sortie »… ou « faites demi-tour dès que vous pourrez »…

Sans compter les sms des supporters qui viennent aux nouvelles !

11h30. Déjeuner et pause pipi au Mc Do de Thouars (79-département des Deux-Sèvres). Il fait super chaud, 26°. J’appelle Jacqueline et Michel : Eric vient juste d’arriver pour faire sa pause déjeuner, il pleut à torrents là-bas. Je ne suis pourtant qu’à 1h30 de route d’eux. Un petit mot de réconfort et un bisou téléphonique à mon chéri pour le motiver, j’arrive !!! 

Je prévois donc de rejoindre tout mon p’tit monde à Ruffec, le trafic étant très fluide. C’était sans compter sur le Tour International du Poitou-Charentes, une demi-heure bloquée sur la route.

J’arrive enfin à Ruffec mais Eric vient juste de repartir. Je l’ai manqué. Jacqueline m’annonce au téléphone qu’il n’en veut plus, qu’il veut abandonner… La pluie et le vent ont eu raison de lui !

En effet, au moment où je les rejoins quelques minutes après le coup de téléphone, j’aperçois au loin la C5, warning allumés, et mon chéri devant, essayant de s’accrocher encore malgré un mental au plus bas… Il a plu mais surtout venté toute la nuit et toute la journée… Même le zèbre a failli voler !!!

Je ne dois pas m’apitoyer et pour une fois, c’est moi qui vais jouer la méchante, la «bad cop », rôle habituellement endossé par Eric avec les gamins au boulot…

Ok, donc si t’arrêtes maintenant, je ne veux plus entendre parler du PBP 2011 ! m’exclame-je !!! Ben oui, qu’il me dit, comme ça on pourra vivre ensemble plus tôt… Moi, ça me plaît bien cette idée mais je fais style de rien et je garde mon flegme, tel un garde anglais… Quelques minutes après, je crois que j’ai trouvé comment le booster alors je remets ça sur le tapis : bon, alors, on s’installe ensemble  bientôt ou tu continues ? Je connais évidemment la réponse mais on sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher, hein mon chéri ? Je ne tarde pas à obtenir une réponse qui me satisfait au vu du contexte, pour le reste et égoïstement, j’aurais aimé une autre réponse, vous vous en doutez… Je continue, j’suis fort, j’vais y arriver ! Ah là d’accord !!!

J’oublie ! Margaux et Clara ont déjà menacé Eric d’un sacré savon s’il ne bouclait pas son 1000 kms : faut dire qu’elles doivent passer la journée au centre social et manger à la cantine pour que je puisse accompagnée Eric…

Bref, c’est reparti… c’est difficile pour Eric… mais ce soir il pourra dormir au chaud à Saujon (17-Charente-Maritime).

D’ailleurs Jacqueline et Michel partent en repérage à l’hôtel. Douche et repos seront appréciés.

Je fini donc cette journée seule. Nous mangeons tous les deux vers 20h. La nuit ne va pas tarder à tomber. Prochain pointage à Mortagne sur Gironde (17-Charente-Maritime). A mon tour je pars en direction de l’hôtel, laissant mon amoureux fatigué physiquement et moralement. Il doit arriver à l’hôtel vers 23h30. Je dois d’ici là rejoindre l’hôtel, descendre les sacs de sport, essayer le wifi de l’hôtel pour que mon chéri puisse recharger son GPS en arrivant et… préparer les bidons du matin !!! Et aussi prendre une douche et me reposer. J’suis crevée mais je ne dormirai pas avant qu’il arrive… Je m’allonge pour ne dormir que d’un œil, le tél. à la main. Eric doit appeler dès qu’il sera en bas de l’hôtel pour que je lui ouvre. Les minutes passent, lentement… Je pense à lui. Je suis au chaud. Il pédale encore. Il fait nuit. J’ai toujours peur de la nuit. Je trouve que les cycliste s ne sont pas super bien éclairés et les sortie de boîtes ou autres phénomènes alcoolisés me font peur. Quant à Eric, la fatigue pourrait le jeter dans un vieux fossé tout pourri… Et qui sait qui va me le retrouver en pleine nuit ?

Jacqueline et Michel se sont couchés après m’avoir aidée à descendre sacs de sport et valises. Ils sont inquiets aussi mais la fatigue leur permet sans doute de s’endormir vite dans leur petite chambre à l’autre bout du couloir.

23h45. Toujours pas de nouvelles. Je commence à stresser.

Minuit. Rien. Silence radio.

0h15. Enfin, la photo de mon héros s’affiche sur mon portable : t’es là ? Ouf !

Mon chéri est fatigué mais bien vivant ! Douche, soins et massage.

L’ordinateur n’a pas reconnu le logiciel pour le GPS. Après 1/2h environ à essayer de le faire fonctionner, Eric se résout enfin à abandonner son GPS, il est vrai bien utile, notamment pour se retrouver aux différents point de rdv, mais aussi pour l’aider à trouver sa direction.

Il s’endort vers 1h du mat.

4h. Le réveil sonne. Départ à 5h.

Les éternelles recommandations de Lilou : fais attention, je t’aime !!!

Je dors encore un peu, jusqu’à 6h.

Vers  7h45, je vais frapper chez mes coéquipiers. Jacqueline part avec moi. Michel rentre sur Alençon car lui aussi doit pédaler dimanche !

Nous déjeunons tous les 3 à l’hôtel ! Trop bon le petit déj ! Jacqueline prévient de suite le serveur : nous partirons vite toutes les deux, c’est mon mari qui paiera !!! Trop forte Jacqueline en gestion de budget ! Alors merci Michel pour ce petit déjeuner si important pour moi pour bien commencer la journée !

Nous voici donc toutes deux avec « belle maman » dans mon Pablo… Je trouve qu’on forme une belle équipe féminine : nous sommes aux petits soins (l’instinct maternel sans doute) et nous échangeons quelques conversations de filles ultra confidentielles ! C’est cool ! J’ai beaucoup aimé ces petits moments de complicité qui nous ont rapprochées davantage je crois… On a bien rit aussi !

La journée est très rythmée et nous sommes hyper ponctuelles aux points de rdv. Eric est en forme, la météo aussi…

Sandwichs, plans de routes et bidons… nous gérons ! Jacqueline s’avère être une pro en bidon ! Je délègue donc volontiers…

La journée sera longue pour mon chéri, mais pour nous, les heures défilent relativement vite… Pas le temps de se poser : à peine sommes-nous arrivées, à peine les bidons « bidonnés », à peine les sandwichs tartinés… Eric arrive et ça recommence !!!

Quand je pense que sur ces 3 jours je n’ai même pas eu le temps de lire mon « Cosmopolitain - Spécial Rentrée", mon « Psychologies – Savoir s’affirmer » ni même mon « Santé Magazine - Spécial Ventre Plat"… Jacqueline a trouvé 5 minutes pour jeter un œil sur ce dernier… plutôt sceptique…

Vers 17h30 je crois, nous arrivons près de Mortagne-sur-Sèvres (85-Vendée) à la jonction des Pays de Loire et du Poitou-Charentes. Les organisateurs et bénévoles de ce 1000 kms nous accueillent chaleureusement dans l’ancienne mairie d’Evrunes. Café et WC à volonté !!! En attendant notre héros, nous venons aux infos : quelques uns ont abandonné, d’autres ont déjà pas mal avancé, mais Eric est loin d’être le dernier. Jacqueline est aux anges ! Quelques propos élogieux sur son fils combleront cette maman dévouée… Eric arrive comme il l’avait annoncé (à 5 min près). Sa ponctualité et sa condition physique ne feront que susciter encore plus d’admiration. « Il est beau mon fils ! ».

Petite pause pain au lait et pipi pour mon chéri, puis c’est reparti ! Prochain rdv vers 19h pour le repas du soir.

20 h. Nous quittons Eric pour la dernière fois avant la nuit. Prochain rdv à La Teillais (44-Loire Atlantique) pour dormir quelques heures dans un charmant « Bed and Breakfast »…

Nous arrivons vers 21h30, Jacqueline et moi, et découvrons notre chambre d’hôte ainsi que sa charmante propriétaire anglaise, Jane. Jacqueline étant beaucoup plus « critique » et « moqueuse » que moi de manière générale ( hein Jacqueline ?), je lui laisserai le soin de vous en dire plus… Le temps de papoter avec Jane, de découvrir les lieux et de décharger la voiture, je m’aperçois qu’il est déjà 22h et que mon chéri devait m’appeler pour savoir comment trouver le B&B. Toujours pas d’appel… Etrange… Je ne tarde pas à m’apercevoir que je ne capte rien de rien ici, ni même dans le jardin.

Jacqueline est sous la douche, je l’informe de cette info plutôt tragique pour nous et je fonce vers le village le plus proche où le réseau m’a retrouvée. Bingo ! Eric a déjà appelé une fois et laissé un message. Je le rappelle et décide, vu qu’il n’est pas très loin, de l’attendre ici… Et puis, après tant de kilomètres dans les jambes, je ne crois pas qu’il soit hyper motivé pour jouer à cache-cache avec nous !

Eric arrivera vers 23h15. Moi, j’suis trop contente de le retrouver. Lui, trouve la force de « ronchonner » parce que le vieux rideau qui protège mes sièges de voiture (là où sont posés les roues de rechange et le vélo) n’est pas bien mis !

Nous arrivons chez notre hôte, Jacqueline est déjà planquée sous sa couette !

Mon chéri ne tarde pas. Il doit prendre sa douche, et nous devons faire le point sur la journée de demain. Plus les kilomètres s’accumulent, plus il semble en forme. Son corps répond favorablement à toutes ses sollicitudes, Eric est heureux de cela, son travail de toute une année n’étant pas vain… Il s’endort vite malgré les petits « ronflements » de Jacqueline (pardon à belle-maman de révéler ce terrible secret !)… Moi je n’entends rien, exténuée, je dors profondément sous une couette de plumes qui me semble magique…

6h. Eric prend le départ toujours en forme. Nous avons rdv vers 11h-11h30. Ce qui nous laisse le temps de dormir encore un peu.

Après une petite douche et une indispensable séance maquillage (pour un effet bonne mine assuré), Jacqueline et moi prenons place dans la salle à manger de Jane pour un petit déjeuner gargantuesque ! La table est joliment dressée mais malgré cela, Jane ne saura susciter quelqu’ indulgence que ce soit de la part de Jacqueline. La « Mé » est déjà très excitée ce matin : Jane ne s’en sortira pas indemne…

La journée se déroule super bien. Nous sommes heureuses pour Eric qui se rapproche peu à peu de Mortagne-au-Perche… Nous sommes heureuses aussi de retrouver notre Normandie ! Nous retrouvons Jacques, le «Président », et sa femme à Carrouges. Ils nous content l’arrivée des cyclistes du club quelques heures avant à Mortagne-au-Perche. Tous étaient exténués. Le « Président » est agréablement surpris je crois de voir alors arriver le « Mannequin », digne et sans souffrance apparente  !

Cette fois on se rapproche de l’arrivée. Nous retrouverons Eric à Mortagne-au-Perche d’ici 3h environ. Jacqueline me propose de passer par Saint-Sauveur de Carrouges, là où elle a passé son enfance, là où elle a rencontré celui qui serait l’homme de sa vie, Michel. Je découvre alors GrandPied (j’espère bien orthographier ce mot si porteur d’émotions  aux yeux de ma nouvelle famille)… C’est dans la maison familiale que tonton Jean-Claude nous accueille avec un petit café et des petits gâteaux ! Je suis un peu émue à l’idée de penser que mon chéri aussi a passé quelques moments magiques de son enfance ici… GrandPied… Lionel a écrit un très beau texte sur cet endroit et sur cette famille… Je découvre enfin GrandPied ! J’imagine un instant le grand-père et son petit-fils… le malaise… le Percheron… le passage de relais pour rentrer à la maison… J’aime écouter Eric évoquer avec beaucoup de tendresse et d’émotion cet instant de sa vie gravé à jamais dans son cœur d’enfant et d’homme maintenant… Je reviendrai à GrandPied avec toi…

Nous repartons et Jacqueline me fait emprunter le chemin qu’elle parcourait, petite, pour aller à l’école…avec Michel qui la poussait déjà dans les buissons !

Nous dépassons mon chéri un peu avant Mortagne. Il roule, vite… le vent dans le dos !

Nous retrouvons le « Président », Anne-So et Yannick ainsi que les organisateurs et bénévoles d’hier. Eric ne va pas tarder. Anne-So et Yannick ont réalisé une belle affiche pour accueillir notre poulain !!! Nous surveillons l’horizon… Le voici !!!

Le voici enfin… heureux et fier ! Il a relevé ce premier grand défi avec modestie et dignité… Je suis fière de lui, on est tous fiers de toi mon ange !

Te quiero Alberto ! Tanto !

Besos

Posté par MurielleLilou à 23:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Olé !

  • Paris Brest Paris jusqu'au bout!!

    Super ton descriptif, j'ai l'impression d'avoir fait le voyage avec vous!! Félicitations encore une fois à mon super beauf! Mais aussi à toi, Jacqueline et Michel pour votre parcours exceptionnel, votre enthousiasme débordant!On se donne rendez-vous pour le Paris-Brest-Paris! Et bien avant cela autour d'un bon dîner chez "la mé" et " le pé" lol. Grosses bises à vous tous. J'ai mis un lien sur mon face de bouc!

    Posté par Anne So, 07 septembre 2010 à 14:30 | | Répondre
Nouveau commentaire